Comment créer une garde-robe minimaliste, durable et de façon originale ?

Partager...

De la Consommatrice acharnée à la consommatrice responsable

Ayant 27 ans j’ai passé un cap concernant ma garde-robe, autrement dit, j’ai commencé à avoir un certain goût de la mode et décidé de privilégier la qualité à la quantité. Au fil des années, grâce aux soldes (surtout du groupe Inditex), n’importe quel article a pu trouver une place dans ma chambre. Donc il était le temps de prendre une action contre cette folie de consommation qu’on est en train de subir ces derniers temps.

Surtout le fait de découvrir le vintage et l’occasion (je sais que je suis en retard) m’a beaucoup aidé à transformer mon dressing et à être une consommatrice plus responsable. Sachant que l’industrie du textile est l’une des plus polluantes dans le monde (plus de 15 millions de déchets textile par an) il sera vital de mettre un terme aux achats impulsifs dont une partie sera oubliée dans un coin en attendant d’être utilisée.

Pourquoi faire du tri ?

Puisque j’étais submergée par la quantité de fringues qui trainait dans mon placard sans recevoir de l’attention, le fait de faire du tri m’a paru inévitable. Par conséquent j’ai commencé à m’intéresser aux concepts de la garde-robe capsule et de l’occasion (Vintage et Luxe).

C ‘est important de prendre la décision de désencombrer sa maison car je sais que pour certaines personnes ce n’est pas facile. On aime garder des choses en nous disant que cela peut être utile un jour, sauf que ce jour n’arrivera quasiment jamais ! Donc en cas de doute il vaut mieux s’assurer qu’on veut vraiment utiliser cet article.

Un autre coté bénéfique du tri c’est qu’il nous permet de voir plus facilement toutes les combinaisons possibles d’une tenue. Au lieu de rester figé devant la masse de vêtements de sa garde-robe en se disant “il n’y a rien à mettre”, au contraire on devient plus créatif, utilisant chaque article à son maximum.

Les matières synthétiques sont souvent agréable à toucher avant le premier lavage mais ce charme ne perdure pas autant que les matières naturelles.

Comment faire son tri ?

Je préfère les trier en 3 catégories ; recyclage pour ce qui sont abimés (troué ou taché), donation à la famille ou aux amis pour ceux qui sont intéressés et la vente pour le reste. Cela fait quelques années que j’ai découvert des sites comme Vide dressing, Vestiaire Collective, Vinted, Etsy, etc… Franchement je n’ai plus envie d’acheter dans des magasins de “fast fashion”. Rien que d’imaginer le surplus de produits textiles, le fait d’acheter d’occasion me semble beaucoup plus écologique.

En outre, la compositions des articles devrait tous nous préoccuper. Évidemment que les matières synthétiques (acrylique, polyamide, polyester…) sont beaucoup moins cher mais après quelques lavages elles perdent leurs charmes, et surtout, elles ne sont pas biodégradables. Donc en optant pour le bon marché, volontairement ou non, on nuit à la planète.

Je ne peux pas vous dire d’arrêter complètement d’autres matières – des fois il y a fringues synthétiques qui me plaisent aussi- mais dans ce cas là, il faudra mieux privilégier l’occasion que de contribuer à la production de masse infinie.

Comment financer alors les matières durables de qualité ?

Il y a un côte agréable à l’occasion c’est qu’on peut accéder aux produits de luxe à prix plus ou moins raisonnable par rapport au prix d’origine. Là encore, c’est une question de budget pour chacun. Mais il vaut mieux faire un investissement (même en occasion) qui va perdurer au lieu d’acheter un article de “fast fashion” pour changer dès qu’il perd sa forme après une courte durée.

Pour que mon dressing soit durable, J’ai commencé à investir dans les matières telles que la laine, le coton, le mohair, le cuir dans le limite de raison, le cachemire. On sait très bien que ces matières sont vendus très cher dans les boutiques, même absurdement chers dès fois. En revanche en achetant d’occasion de très bon état ou neuf, si vous avez le moyen, vous ferez une geste éco-responsable et créerez une garde-robe de qualité.

Personnellement je ne peux pas me permettre de les acheter neuf et c’est là que le marché d’occasion devient attirant à mes yeux. Si vous ne supportez pas l’idée d’utiliser des articles usés (je sais que vous êtes nombreuses(x)) il existe d’autant plus d’articles jamais portés avec son étiquette.

Habillée d’occasion de la tête aux pieds.

Luxe d’occasion : Comment faire confiance ?

C’est un sujet mitigé car il est de plus en plus compliqué de savoir si un article est bien authentique ou non. Que ce soit un magasin réel ou un site, il existe des contrefaçons presque identiques pour un oeil non-averti. La vérité est souvent caché dans les petits détails.

Les sites comme Vide dressing et Vestiaire collective fournissent une expertise pré-vente. De même, les sites comme cornerluxe.com et authentifier.com offrent une authentification des produits de luxe pour ceux qui en doutent. Cependant j’ai croisé plusieurs témoignages en ligne qui marquent des erreurs de la part de ces sites, comme authentifier un produit qui est non-conforme ou vice versa. A qui faire confiance dans ce cas là ?

De mon coté, J’ai acheté quelques articles à Istanbul sur un site d’occasion avec une option payante d’authentification que je trouve rassurante. En plus de cela, prenant en compte le taux de change le prix devient encore plus intéressant pour moi. A part cela j’apprécie beaucoup Vinted et Etsy, mais il me semble que leur système n’est pas tout à fait satisfaisant pour authentifier un produit. Toutefois ils restent quand même une bonne source pour trouver des perles rares.

Tout cela pour dire que, vu le grandeur du marché de contre-façon, il n’y a pas une méthode certaine pour tout les produits. La première chose à savoir c’est d’être toujours vigilante sur ce qu’on achète. Je vous conseille surtout de demander une preuve d’achat (comme la facture) et de vous renseigner sur les étiquettes. Une autre astuce peut être de connaître le savoir faire des marques (la gamme, les détails du point, etc…) avant de finaliser votre achat. Il existe plusieurs blogs ou des vidéos qui expliquent comment détecter un article de contre-façon. D’après mes recherches sur Internet, le meilleur moyen de vérifier un article serait d’aller directement dans son magasin.

Le bon cuir se fait remarquer par son artisanat.

Vintage contre fast fashion

Bien sûr que je fais toujours du lèche-vitrine de temps en temps pour m’inspirer et découvrir les nouveautés mais il y autant plus à chiner dans le marché secondaire. Pour ce qui n’ont jamais essayé ; vous serez étonné de tout ce qu’on peut y trouver avec un bon rapport qualité/prix.

En outre, il y a quelque chose qui me dérange et je sais qu’il y en a d’autres qui pensent comme moi. C’est le fait que tout le monde s’habille de la même manière dans la rue et par conséquent on perd notre authenticité. Car, pour moi, la mode c’est une manière d’exprimer son identité.

C’est pour cela que je ne pourrais pas écrire des articles sur les basiques indispensable d’un dressing ou bien le style minimaliste, enfin un style qui passe partout ! Je trouve cela fastidieux. On ne devrait pas avoir peur de s’exprimer à travers nos vêtements. Je ne dis pas qu’on ressemble à des fous/folles mais qu’on empêche l’industrie du textile de nous imposer ce qu’il faut porter.

Une critique sur l’ “influencer marketing”

L’arrivé du marketing sur les plateformes digitales a donné naissances à l’apparition de personnes qui sont suivies avec une admiration et qui guident les masses par leur choix sur plusieurs domaines. Il y en a que j’apprécie et je ne suis pas absolument contre ce métier. S’ils ont un pouvoir, ils devraient l’utiliser pour le bien être de la population et surtout pour la préservation de la planète.

Je suis en colère notamment contre ceux qui servent à booster la consommation. Par exemple certains influenceurs et certains blogueurs abusent du nombre de liens d’affiliation qu’ils offrent à leurs audiences. Je comprend que c’est un moyen de gagner leur vie dans cet industrie, cependant, vu le nombre des personnes qui prennent leurs paroles sérieusement (surtout les jeunes ados !) , je pense ces influenceurs devraient prendre des actions un peu plus écologique. Car on vit dans une période dans laquelle tout sorte d’action compte pour faire bouger les choses.

En parlant de la mode, mes paroles concernent ceux qui donnent des références de vêtements tous les jours en nous disant “c’est mon nouveau coup de coeur”. Alors que le fait de le faire tout le temps et pour n’importe quelle marque ne font que rendre leur discours inintéressant. Je reviens à la même idée qu’ils devraient mettre un accent sur le marché secondaire au lieu de nous inciter constamment à acheter du neuf.

Un geste pour la planète

En conclusion, je préfère désormais acheter des produits en matières durables et préférablement déjà portés pour qu’ils perdurent des années dans ma garde-robe. Il y a tant à faire pour la planète tel que diminuer les déchets plastiques, opter pour les produits bio, faire des économies d’énergie etc… Étant l’une des plus polluantes, l’industrie du textile mérite d’être notre préoccupation principale.

C’est important de rappeler que dans cet article j’ai repris uniquement la question de l’achat d’occasion en ligne ce qui est plus accessible pour tous. Cependant si vous connaissez des boutiques de vintage ou des friperies dans votre ville, n’hésitez pas à le partager dans les commentaires pour que tout le monde puissent en profiter.

J’aimerais bien connaître votre opinion ou votre expérience sur ce sujet, n’hésitez pas à partager dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *